Présidentielles 2017

C’est désormais officiel même s’il n’y avait pas vraiment de suspense, Emmanuel Macron est le nouveau président de la République Française.

Ces élections resteront dans les mémoires. Les deux partis traditionnels de pouvoir, Républicains et Socialistes, ont été balayés dès le premier tour. Ne restait qu’un triste choix entre Marine Le Pen, digne héritière du parti d’extrême droite fondé par son papa Jean-Marie, et Emmanuel Macron, l’enfant prodige de… François Hollande.

Emmanuel Macron a, depuis des mois, fait campagne en prônant le renouveau et le rassemblement. C’est sur ces valeurs qu’il a été placé en tête du premier tour et sort logiquement vainqueur des élections présidentielles grâce au front républicain.

Personnellement, j’émets des doutes sur la sincérité de sa démarche. Des mammouths de la politique française gravitent déjà autour de lui, dont certains anciens ministres… nous verrons rapidement de quoi M. Macron sera capable, et nous tirerons les conclusions dans 5 ans. S’il arrive au bout.

A l’écoute de son discours devant le Louvre (ancienne demeure des rois de France, tout un symbole pour le « renouveau » de la monarchie républicaine…), je suis surpris de l’entendre adresser des paroles à ceux qui ont voté pour lui, ainsi qu’à ceux qui ont voté pour son adversaire, mais AUCUN MOT pour les abstentionnistes, les votes blancs, et les votes nuls. Or, d’après les chiffres, cela représenterait 16 millions de personnes. Le renouveau, vraiment ?

Le système démocratique français est à revoir en profondeur pour espérer sortir du gouffre dans lequel on nous a plongé.

Avec Unser Land et nos partenaires des autres régions françaises et européennes, nous prônons depuis de nombreuses années le rassemblement au delà des clivages politiques. Nous défendons les idéaux fédéralistes. Nous sommes pour une Europe des peuples et de paix. Nous proposons la démocratie directe, à l’image de nos voisins européens.

Avec les législatives, nous avons la possibilité de faire évoluer notre pays. C’est d’autant plus une chance à saisir qu’aucune réelle majorité ne semble se dégager du rassemblement « En Marche ! ».

Les 11 et 18 juin, nous montrerons à M. Macron ainsi qu’à l’Europe entière qu’en France, et plus particulièrement en Alsace, nous avons de vraies envies de renouveau.