Unser Land, le seul parti qui s’intéresse aux question alsaciennes !

Le vendredi 7 avril, Unser Land a tenu son grand meeting de lancement de campagne à Kientzheim.

Devant plus de 200 personnes, les différents représentants du parti et les candidats ont tour à tour pris la parole pour présenter le projet qu’Unser Land propose.

En tant que candidat, les sujets qui m’ont été proposés touchaient à notre langue, notre culture, notre histoire, et notre patrimoine architectural. Autant dire un gros morceau à condenser dans un discours de théoriquement 3 minutes !

Thierry Kranzer, animateur de la soirée, m’a d’entrée de jeu (amicalement) épinglé sur le fait que je ne parle pas l’Alsacien. C’est un fait que je reconnais volontiers, sans honte, mais avec seulement des regrets. Et je suis d’autant plus déterminé à défendre ce qui peut encore être sauvé !

Aujourd’hui, moins de 3% des enfants de moins de 5 ans parlent l’Alsacien. A ce rythme, dans moins de 50 ans, l’Alsacien sera une langue morte. Les initiatives existent pourtant, il suffit d’un peu de bonne volonté !

Les différentes thématiques que j’ai abordées occupent une place importante dans notre quotidien, sans que nous ne nous en rendions réellement compte. Aussi incroyable que cela puisse paraitre, AUCUN parti national ne s’y intéresse ! seul Unser Land se positionne sur ces sujets.

Raison de plus pour ne pas louper le coche : d’ici 5 ans, il faudra redoubler d’efforts pour sauver ce qui peut l’être dès demain en s’y prenant bien…